Feelings : 2

Feelings : 2

Deuxième année dans cette prison qu’est l’Université. Quand je pense au temps que j’ai perdu à sagement écouter les professeurs sur les bancs de l’école, déjà en primaire en faisant semblant d’être intéressé et en lisant mes livres sur l’espace le soir dans mon lit, au collège entre deux altercations avec des connards débiles et des enseignants aussi cons que peuvent l’être des fonctionnaires, au lycée à essayer de coller au système en y laissant des passions pour mieux me faire enfiler par ce dernier en prépa. Même fabriquer des fusées fût un échec, et si ça m’a bien appris un truc c’est de toujours travailler en solo, même quand on est en équipe. Actuellement les seules personnes à qui je fais confiance sur le plan professionnel sont les composantes de l’équipe Tesla, cette confiance ils l’ont gagnée. Il va falloir refaire le site, d’ailleurs.

Au moins tout ça m’a appris à fermer ma gueule et apprécier les résultats. Je ne peux pas dire que cette année au Lycée Eiffel ai été inutile, j’ai pas mal appris sur la science en générale, surtout en physique. Un échange entre passionnés sans doute. J’y ai aussi appris l’abnégation.

Cette année va voir la montée en puissance du projet Hypérion, qui nous servira à tous à poser nos grosses couilles sur les tables sales et bancales des salles d’entretiens d’embauches.

Mais cette année va également puer autant que les précédentes, la fac représente une sorte d’idéal merdique du système d’enseignement français. J’espère que j’aurais du temps entre deux équations différentielles pour faire de vraies choses, faire des PCB, les monter, faire les boîtiers, faire des mesures, améliorer un prototype, le vendre, me faire de l’oseille pour faire encore plus de projets intéressants. La vie normale d’un ingénieur sans doute, mais je peux me tromper, je ne suis qu’un branleur passionné et déjà désabusé de 20 ans.

Malheureusement, le gros soucis c’est la thune. Sans argent vous ne faites rien, à part acheter compulsivement toutes les merdes de banggood en pensant que ça fera de vous un meilleur électronicien, mention spéciale à la communauté Cyrob.

Avec un membre de l’équipe Tesla j’ai pour projet de faire le 4L Trophy, pourquoi pas. J’aimerais bien me mettre à la mécanique, ça rajouterai des cordes à mon arc.

J’avance dans le noir, avec ma propre lumière. Elle brille de plus en plus forte, de plus en plus loin et j’avance de plus en plus vite. Vive la science, vive la passion et vive les gens qui ne se posent pas de limites. Ils sont le sang des nouveaux mondes, sans même encore le savoir.

« Je ne sais pas faire la guerre comme un homme, mais je sais quand le vent va tourner »

Cécile Corbel – La Fiancée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *